Nutzerkonto

Christian Marazzi: Le socialisme du capital

Christian Marazzi

Le socialisme du capital

Übersetzt von Jeanne Revel und Judith Revel

Broschur, 128 Seiten

Erscheint am 26.09.2017

« La crise amène une part importante du capital humain à la casse. »

Depuis l'effondrement des banques en 2008, le capitalisme semble être entré dans une phase de stagnation durable, mais aussi dans une instabilité géopolitique et monétaire. Le scénario qui se joue sous nos yeux évoque une sorte de « socialisme du capital » : l’État, qui subvient aux besoins des « soviets de la finance », impose à la société la dictature du marché. Plutôt qu’un effet parasite du capitalisme, cette financiarisation pourrait bien constituer la forme aussi essentielle que perverse de son nouveau régime.

Les textes rassemblés dans le présent recueil analysent et commentent les changements économiques survenus ces dix dernières années en revenant sur leurs acteurs principaux, sur certains symptômes de la crise ainsi que sur des phénomènes qui ont pu apparaître jusque-là comme marginaux. Loin d’adopter une approche simplificatrice ou moralisante, Christian Marazzi relit les enseignements de Michel Foucault sur la biopolitique pour tenter d’interpréter les bouleversements contemporains comme des transformations fondamentales du politique.

« Depuis le succès du Spectre du Capital, les éditions suisses diaphanes se sont distinguées par leurs publications d'économistes exceptionnels en marge des courants dominants. C'est encore une fois le cas avec ce Socialisme du capital. » Wolfgang Zwander, Falter.

Meine Sprache
Deutsch

Aktuell ausgewählte Inhalte
Deutsch, Englisch, Französisch

Christian Marazzi

Christian Marazzi

ist Ökonom und Politologe. Als Professor für Wirtschaftswissenschaften unterrichtet er an der Scuola Universitaria della Svizzera Italiana (Lugano). Er hat zahlreiche Bücher zu gesellschaftlichen, ökonomischen und politischen Themen veröffentlicht.

Weitere Texte von Christian Marazzi bei DIAPHANES

« La crise constitue le moment où une partie importante du capital humain est détruite, brisée, comme cela se produit pour les machines qui sont amenées à la casse. »

Zurück