Nutzerkonto

Joseph Vogl: De l'indécision

Joseph Vogl

De l'indécision

Übersetzt von Olivier Mannoni

Broschur, 160 Seiten

« L’ombre de l’acte, son adversaire ruineux. »

À partir des réflexions proposées par Freud dans le Moïse de Michel-Ange, Joseph Vogl développe une théorie de l’indécision et présente dans le même temps un véritable système pour explorer cette notion dans toutes ses variantes et ses nuances : dans le glissement synonymique entre hésiter, tergiverser, osciller, rechigner, chanceler ou vaciller s’exprime un doute profond, une démarche inquiète, un recul. Pourtant, la perplexité implicite de cette hésitation n’implique pas tout simplement l’arrêt d’une action. Elle indique tout d’abord le seuil imperceptible entre action et non-action, un interstice régi par la pure contingence et la potentialité créatrice. En tant qu’acte de parole à la fois impuissant et résistant, l’indécision introduit une temporalité suspendue qui s’oppose au primat de l’acte posé par la culture occidentale.

Pour Joseph Vogl, un événement est toujours inscrit dans un ensemble stratifié formé par l’ensemble de ses variantes non réalisées. Sa recherche esthétique et historique attribue ainsi à l’indécision une place posée comme systématique : elle instaure une « méthode de complication » par laquelle le pouvoir discursif des événements historiques et politiques peut être interrogé et contenu. Considérée comme une attitude face au monde et un geste de mise en question radicale, la temporalité suspendue de l’indécision constitue enfin le champ opératoire du discours lui-même.

Dans ce petit essai brillant et érudit, Vogl retrace une « anti-histoire » de l’indécision qui apparaît surtout en littérature et prend corps à travers les siècles dans les personnages d’Oreste, de Wallenstein, de Joseph K., de Bartleby ou de l’homme sans qualités.

Meine Sprache
Deutsch

Aktuell ausgewählte Inhalte
Deutsch, Englisch, Französisch

Joseph Vogl

Joseph Vogl

ist Professor für Neuere deutsche Literatur, Literatur- und Kulturwissenschaft/Medien an der Humboldt-Universität zu Berlin und Permanent Visiting Professor an der Princeton University, USA. Mit »Das Gespenst des Kapitals« (2011) hat Joseph Vogl  »einen heimlichen Bestseller geschrieben, der weit über die Feuilletons Aufsehen erregte« (DER SPIEGEL).

Weitere Texte von Joseph Vogl bei DIAPHANES